Bonjour à vous tous qui nous lirez, aujourd’hui je me lance pour vous faire le récit de notre aventure à la Réunion. Aventure durant laquelle nous avons traversé l’île à la seule force de nos pieds et de nos jambes.
Tout commence le vendredi 2 novembre à 7h24 du matin, ou 4h24 pour les métropolitains, lorsque nous sortons de l’hotel Indian Select Ocean situé au centre de Saint-Denis. Le soleil est déjà levé depuis plus de 2h mais la température est agréable, il ne fait ni trop chaud ni trop froid. Nous sommes à la fois excités par ce que nous allons voir et découvrir durant ce trek de 12 jours et dubitatifs quant à la difficulté de ce fameux GRR2 de plus de 140km.
Nous commençons donc à traverser la ville avec nos sac de 18kg sur le dos. En suivant le plan de Maps sur nos smartphone, nous entrons dans un quartier administratif. On commence à avancer quand un homme nous interpelle gentiment en nous demandant où nous allions. Après lui avoir dit qu’on cherchait le GRR2, il nous répond que par ici, on ne risquait pas d’aller très loin et qu’il nous suffisait de revenir sur nos pas et de continuer 200m sur la route. Même pas 30 minutes de marche et nous nous étions déjà égarés. Ca promet pour la suite !
Il est 8h du matin et nous voilà au départ du sentier de la providence, départ officiel du GR. Le panneau nous indique sans autre que pour arriver au gîte de la Roche Ecrite nous aurons 1800m de dénivelé positif, que le parcours est très difficile et que le temps estimé est de 7h de marche. Jusque là pas de grande surprise, l’appréhension de la difficulté étant présente depuis le début, ce panneau ne fait que confirmer que ça va être dur tout de suite. C’est parti, nous entamons l’ascension sur le sentier de la providence. le sentier est large et agréable à parcourir. Le soleil est bel et bien de la partie et il cogne. Nous arrivons assez rapidement dans la forêt. Une forêt très claire et lumineuse. Nous continuons à monter, toujours et encore. Puis nous nous étonnons à traverser une forêts de bambous ! C’est beau et paisible mais c’est déjà dur, la montée est constante et il n’y a jamais de plat. Des panneaux indiquent qu’il faut suivre le chemin et ne pas prendre de raccourcis sans quoi on pourrait créer des ravines qui causeraient des dégâts à la forêt. Parce qu’à la Réunion, quand il pleut, c’est rapidement le déluge, et l’eau coule à flots de la montagne s’engouffrant là ou elle peut ! Alors respectons cette belle nature et suivons tous le sentier !
Après quelques longues heures de monté nous arrivons, enfin, à la ville du Brulé. Une fontaine de l’autre coté de la petite route nous attendait patiemment. Poser le sac, boire et manger des sucreries nous redonne des forces. Un autre duo nous rejoint, il s’agit de Sylvain et Sébastien, nous les saluons, mais ils ne traînent pas et repartent assez rapidement. Un trio de jeunes arrive lui aussi et repart dans la foulée après quelques gorgées à la fontaine.
Nous décidons après une longue pause d’un petit quart d’heure, de reprendre la route. C’est donc hydratés et pleins d’énergie que nous repartons. Il nous fallait traversé le village, celui-ci étant très étendu. La route monte en lacets, mais le GRR2 nous permet de couper à travers forêt et petits sentiers entre les habitations du village. Les sentiers sont tous différents, certains colorés, d’autres envahis par la végétation, parfois boueux, ou encore quelque uns un peu sales et pas franchement accueillants.
Le soleil nous abandonne pour laissé place à un ciel gris et une très légère pluie. Après quelques minutes, on prend le temps de mettre les capotes sur nos sacs, ce serait ennuyeux d’avoir toutes nos affaires mouillées dès le premier jour ! La montée est dure, très dure. Les petits sentiers qui coupent sont parfois difficiles à trouver et nous passons par la route. Les petites pauses de quelques secondes se font de plus en plus nombreuses. On est rapidement essoufflés et les sacs sont lourds, très lourds. Mais on continue. Le sentier n’est pas dingue, la météo non plus et la motivation n’est en conséquence pas extraordinaire. Mais notre détermination est quant à elle toujours au top ! Nous montons encore et toujours. Puis nous sortons enfin de ce petit village immense.
Nous sommes a présent au Mamode Camp. Beaucoup de randonneurs commence leur TREK ici. La pluie s’est intensifiée et elle finit le travail de la sueur. Nous voilà en short et t-shirt absolument complètement mouillés. Mouillé pour mouillé, la pluie nous rafraîchit pendant l’effort ! Nous abordons un sentier magique, le paysage est très exotique et la terre d’un orange vif. Le sentier est une succession de marches et de flaques d’eau. Malgré la pluie, c’est vraiment beau ! On croise plusieurs familles qui redescendent. Les enfants nous souhaitent bonne chance et l’un d’eux nous dit « C’est aussi loin que le soleil », on rigole et on espère qu’il exagère. La marche s’éternise. La pluie a raison de nous, et nous mettons enfin nos Kways pour éviter de tomber malades. Nous quittons ce magnifique sentier orange exotique pour entrer dans une forêt humide et boueuse. La fatigue augmente proportionnellement au nombre de pauses. D’autres groupes sont aux alentours, c’est dur pour tout le monde. La pluie n’aura duré qu’une heure, mais aura suffit à nous mouiller jusqu’à l’os.
Nous ouvrons les yeux, en espérant apercevoir le gîte. Soudain Benjamin me dit qu’il y a un bâtiment, il était là. nous y sommes ! On s’asseoit sur la terrasse, les épaules et les jambes complètements cassées mais avec un sourire immense, reflet de notre bonheur d’être enfin arrivés. On profite de l’instant. Puis on se décide à aller dans le gîte pour savoir où on dort. Une jeune femme nous indique le dortoirs où nous dormirons avec 4 autres randonneurs. Elle nous prévient qu’il y a des sanitaires mais que la douche est froide !
On part s’installer et nous voilà sous la douche. Après une telle journée, peu importe la température, la douche est nécessaire. Mais alors là, l’eau était vraiment glaciale ! On passe sous l’eau 2,5 secondes, on se savonne et on retourne sous l’eau le moins longtemps possible ! Après cette douche glaciale expresse, nous allons à la salle à manger du gîte pour prendre une bonne bière fraîche. La fameuse Dodo ! Puis vient le repas. Tout le monde se met à table et on nous sert du rhum arrangé comme apéritif. Après ça sur la table centrale, le riz, les lentilles et le poulet sont présentés. Chacun fait la queue pour se servir. C’était vraiment délicieux et copieux. Et c’est avec le ventre plein et les corps complètement cassés que nous allons nous couchés alors qu’il n’est que 20h30 ! Mais demain la journée commence tôt !
Suite au prochain épisode !

Laisser un commentaire