BikeTrip de Mulhouse à Budapest

Après notre RoadTrip aux USA, il n’aura pas fallu longtemps avant que nous pensions l’un comme l’autre à notre prochain grand voyage. Un trek , un voyage interrail, un roadtrip, … le choix est vaste, très vaste, et cela pour notre plus grand plaisir. Après de multiples recherches ou simples flâneries sur le net, nous sommes tombés sur l’Eurovélo 6, qui traverse l’Europe, joignant l’océan Atlantique à la mer Noire. Génial, mais surtout, cette piste cyclable européenne passe par Mulhouse. C’était donc décidé, nous partirons de notre petite Alsace à vélo pour aller jusqu’à Budapest. Mais pour faire un voyage à vélo, il y a bien une chose indispensable, c’est un VELO ! Benjamin en avait déjà un tout équipé contrairement à moi. Première étape de préparation du voyage, le montage de mon vélo, oui nous avons monté entièrement mon vélo, nous permettant par la même occasion de nous familiariser avec les différents composants en cas de casse lors du voyage. Quant à la préparation physique, il a s’agit de quelques sorties d’une 30aine de kilomètres et d’une virée de 85 kilomètres. Autant vous dire que notre entraînement fût anecdotique !

Traversée de la Suisse : Mulhouse – Gaienhofen

 

Aujourd’hui nous allons vous racontez une histoire, l’histoire d’un périple à vélo de 120 heures sur 1500 kilomètres à travers l’Europe.

Samedi 20 août, jour ordinairement extraordinaire pour nous (Victor et Benjamin) puisqu’il s’agit de notre départ à destination de Budapest. Après quelques dernières vérifications et bricoles sur nos vélos, c’est à 9h tapante que nous sommes partis direction l’Est de l’Europe.La suisse est un pays très axé sur le déplacement en vélo, ainsi vous trouverez facilement de nombreuses pistes cyclables dans le pays.[/button]Le premier pays à passer est la Suisse et sa capitale culturelle Bâle qui fut déjà pour nous un défi de taille. En effet c’est dans cette petite ville à 40 km du départ que nous avons tourné en rond pendant 2 heures avant de trouver notre chemin. Ainsi le premier conseil que l’on pourrait donner à toute personne voulant se lancer dans cette aventure : orientez-vous avec CARTES + GPS + PANNEAU DE SIGNALISATION car parfois certaines routes telle que l’eurovélo 6 ne sont pas indiquées puisqu’elles se superposent avec d’autres sur plusieurs kilomètres (l’eurovélo 15 entre autre).La suite de notre première journée s’est faite le long du Rhin et s’est terminée sous la pluie par notre premier camping sauvage.

Dimanche 21 août, dès notre deuxième jour de voyage, nous avons décidé de fonctionner de manière structurée dans le but d’atteindre Budapest 18 jours plus tard, c’est pourquoi nous avons commencé par nous fixer des objectifs quotidiens. Ainsi, nous nous sommes dit qu’il serait préférable de partir chaque jour à 9h du matin et de rouler toute la journée (avec pause-déjeuner) à une moyenne de 80 à100 kilomètres. Ce deuxième départ matinal nous a menés à Schaffhausen, ville dans laquelle nous nous sommes arrêtés pour la pause de midi, très connue pour ses chutes du Rhin classées parmi les plus grandes d’Europe. L’après-midi nous avons continué notre chemin le long du Rhin (en direction de la source). Après 7 heures de vélo et 90 kilomètres nous avons décidé de boucler notre journée en nous arrêtant dans un VRAI camping pour la nuit situé à Gaienhofen en Allemagne.

Au coeur de l’Allemagne : Gaienhofen – Hofkirchen

 

Lundi 22 Août, troisième jour de voyage et premier jour de dépaysement puisqu’il s’agit de passer des rives du Rhin (fleuve familier pour nous Alsaciens) à celles du Danube. L’itinéraire s’est poursuivi le long du Rhin puis du Lac de Constance (ensemble de plan d’eau faisant frontière entre l’Allemagne, l’Autriche et la Suisse) jusqu’à Radolfzell (ville en bordure). De là, Nous savions que SEULEMENT 37 kilomètres nous séparaient du Danube ! Cependant nous ne pensions pas que ces kilomètres allaient être les plus durs du voyage. En effet cette distance se fait sur 450 mètres de dénivelé. Ainsi c’est sous un soleil de plomb, avec 12 kg sur le dos que nous avons gravi le paysage allemand jalonné par ses montées à 10 % et ses descentes faisables à 73 Km/h (oui oui, Victor l’a fait !). Nous sommes arrivés à destination c’est-à-dire à Tuttlingen (Ville proche de la source du Danube) en fin d’après-midi. De là nous avons commencé notre périlleuse descente du fleuve à travers la Forêt Noire jusqu’au coucher de soleil. Notre 3ème journée s’est terminée par l’installation de notre 2ème camping sauvage en pleine montagne, là où l’Homme n’est pas destiné à y fouler la terre…

Possibilité de se loger en hôtels, en chambre d’hôtes ou dans des campings de très bonne qualité.

Mardi 23 Août, réveillés par la fraîcheur de l’air et le soleil perçant les montagnes, nous sommes partis de Beuron tôt dans la matinée. Les parois rocheuses laissaient peu à peu place à d’énormes plaines de champs, de champs et de RE-CHAMPS ! Ainsi la route s’est poursuivie sous le soleil brûlant sans aucune ombre de fraîcheur. Puisque il est préférable pour le morale de trouver un bon côté à toute épreuve, nous nous sommes dit que ce temps était idéal pour faire un peu de bike bronzette. La journée s’est terminée par la fabuleuse découverte d’un camping semi-sauvage (terrain vague et sanitaires) dans lequel nous avons pu planter notre tente et admirer le départ de plusieurs montgolfières.

La signalisation est correcte, de nombreux panneaux indiquent la route EuroVélo6. 

Mercredi 24 Août, cinquième réveil de notre voyage et premières heures caniculaires qui ne seront que le début d’une longue série aussi primée après mûre réflexion comme : la partie la plus difficile d’un point de vue psychologique. Notre itinéraire s’est effectué à travers de multiple champs et villages (encore et toujours). L’air lourd et les bouffées de chaleur étouffantes venant de la terre nous obligeaient à nous hydrater plus abondamment qu’à la normal. Nous sommes ainsi passés de 3L par jour à 6L par jour. Au fil des heures et des jours les points d’eau se raréfiaient.

Peu de fontaine à eau disponible sur l’ensemble de l’itinéraire. Beaucoup de très belles pistes cyclables.

Malgré les grandes villes que nous traversions…: Ulm jolie ville du Sud de l’Allemagne (Bade-Wurtemberg) dont le centre historique est fortifié, Ingolstadt 6ème plus grande ville de Bavière où nous avons pu goûter à des spécialités bavaroises, Regensburg classée au patrimoine mondial de L’UNESCO… le peu de fontaine disponible ne nous permettait pas de remplir nos stock et nous finissions ainsi les fin d’après-midi la gorge sèche et le corps déshydraté. La deuxième complication de cette partie du voyage fût le nombre de campings disponibles. Peu de campings sont ouverts dans cette région de l’Allemagne. Ainsi le vendredi 26 Août après une longue journée de voyage sous la chaleur (117kilomètres) nous avons fait du camping sauvage avec très peu de ressources en nourritures et en eau et bien évidemment pas de sanitaire. Suant et fatigué nous avons été contraints de dormir dans nos sacs de couchage (collant) avec cette sensation de se coucher dans un pot de miel… Cette nuit restera marquée comme la pire nuit de notre voyage. Nous pensions que l’aspect physique du voyage était notre plus grande peur, notre plus grande crainte à surmonter. Mais au final nous nous sommes rendus compte que le mental joue aussi un rôle important dans ce genre de voyage qui vous met en situation d’inconfort, hors des sentiers battus. Vivre constamment avec ce stress psychologique qui vous dit que votre corps est en manque de ressources ou de confort a été le plus dur de nos combats. 

L’Autriche, entre le fleuve et les montagnes

: Hofkirchen – Vienne


Dimanche 28 Août, neuvième jour de voyage et nouveau jour de dépaysement puisque tôt dans la matinée, nous avons quitté notre campement allemand pour rejoindre l’Autriche. L’itinéraire autrichien s’est écoulé sur 3 jours de voyage. Celui-ci nous a fait passer par Passau, ville frontière entre l’Allemagne et l’Autriche. Par Linz (le Lundi 29 Août), 3ème plus grosse ville du pays. Par Wachau (le Mardi 30 Août), vallée faisant partie du patrimoine de UNESCO pour ses richesses architecturales et agricoles notamment châteaux et culture de la vigne. Puis pour finir par Vienne (le Mercredi 31 Août), première capitale de notre périple. Celle ci a été notre ville coup de cœur, avec son patrimoine architectural grandiose qui se retrouve à chaque coin de rue. Mais ce n’est pas tout, la ville est vivante et très agréable à parcourir. Ce n’est pas pour rien qu’elle est classée première du classement des villes à la meilleure qualité de vie selon l’indice Mercer. Alors un conseil, faites un CityTrip à Vienne, vous ne serez pas déçus !

Beaucoup de très belles pistes cyclables. Possibilité de se loger en hôtels en chambre d’hôtes ou dans des campings de très bonne qualité

L’Autriche fut un voyage à part, un périple hors du temps. Les jours étaient pluvieux et les nuits orageuses. Nos habits s’humidifiaient dans la rosée du matin et moisissaient dans la brume du soir. Le soleil caché derrière les montagnes et les nuages ne nous permettaient pas de distinguer l’heure d’une autre. Le silence et les mystères de la montagne envahissaient nos cœurs remplis d’adrénaline. Bref nous étions seuls, seuls face à la nature, au beau milieu de nulle part et « on aimait ça ».

La signalisation est correcte, de nombreux panneaux indiquent la route EuroVélo6 y compris dans la capitale Vienne

Peu de fontaines à eau disponibles sur l’ensemble de l’itinéraire, ainsi ressourcez-vous dès que vous le pouvez dans des WC publics ou des commerces.

 

Il est au sein des bois un charme solitaire

Un pur ravissement aux confins du désert

Et de douces présences où nul ne s’aventure

Au bord de l’océan qui gronde et qui murmure

Sans cesser d’aimer l’homme, je préfère la nature                         Lord Byron

La Slovaquie et sa charmante capitale : Vienne – Bratislava

 

Vendredi 2 Septembre, Quatorzième jour de voyage qui fût pour le moins très court puisque nous n’avons fait « que » 77 kilomètres. En effet, étant donné que Bratislava capitale de la Slovaquie se situe à une dizaine de kilomètres de la frontière Autriche/Slovaquie ; les deux capitales sont très peu éloignées. La Slovaquie nous a tout de suite marqué par son côté chaleureux et par ses paysages montagneux beaucoup plus arides que l’Autriche ou l’Allemagne. Nos préjugés de bon vieux français sur l’Europe de l’Est se sont totalement envolés lorsque nous sommes arrivées dans la capitale de Bratislava, petite ville très accueillante possédant un fort patrimoine culturel.

Beaucoup de pistes cyclables en Slovaquie mais peu en bon état. En effet la plupart sont des chemins de terre caillassé. La signalisation est correcte, de nombreux panneaux indique la route EuroVélo6 y compris dans la capitale Bratislava.

Nous avons eu la chance d’être présents à Bratislava pour les Craftsmen Days, le festival de l’artisanat traditionnel et de la production d’art populaire qui a lieu tous les ans dans la capitale. Durant 2 jours, plus de 100 artisans présentent leurs savoirs-faire et leurs produits “faits à la main”. Il y avait donc des forgerons, des potiers, des menuisiers, des chaudronniers, venus des quatre coins de la Slovaquie pour nous éblouir de leurs talents. Ce festival culturel fût une surprise absolument géniale à découvrir dans le charmant centre-ville de Bratislava.

Aucune fontaine à eau disponible sur l’ensemble de l’itinéraire, ressourcez-vous dès que vous le pouvez dans des WC publiques ou des commerces.

Si vous souhaitez avoir une vue d’ensemble de Bratislava, il est possible de vous rendre en haut de l’UFO, un restaurant original avec un rooftop très haut. La vue est splendide, vous pourrez y manger en contemplant la capitale avec son chateau, sa cathédrale et le Danube qui la traverse. Si vous ne voulez pas y manger, il est possible de simplement monter tout en haut, sur le toit. L’entrée est payante, environ 7 euros, mais ce point de vue sur la ville est juste magique. La visite de Bratislava fût donc un moment fort agréable, la ville est charmante, et les animations très intéressantes, n’hésitez pas à aller y faire un tour !

Possibilité de se loger en hôtels, mais peu de campings et de chambres d’hôtes.

Hongrie, notre arrivée à Budapest : Bratislava – Budapest

 

Dimanche 4 Septembre, seizième jour sur la route à destination de Budapest. Plus nous avancions, plus nos forces s’épuisaient. Nos corps multipliaient les blessures et les crampes, la fatigue se faisait ressentir. Au Départ de Bratislava, nous avons roulé à travers la Slovaquie direction l’Est de L’Europe. Cent kilomètres plus tard, nous voilà déjà en Hongrie pays de notre destination finale. Notre première impression du pays et de sa population (les hongrois) fut forte dépaysante. Tout d’abord, il faut savoir que ce n’est pas l’euro mais le forint la monnaie officielle en Hongrie (1 Euro = 308,69 Forint). Il est toutefois possible d’échanger ses euros (et ainsi de se faire plumer) dans des bureaux de changes (enseignes jaunes) disponible à chaque coin de rue. Ensuite la langue hongroise est comme le slovaque, ce sont deux langues différentes uniquement parlées dans leur pays. Ainsi en cette fin de seizième journée, il nous a été un peu difficile de trouver notre camping du soir car l’anglais n’est pas monnaie courante dans ce genre de village/ville peu touristique. Malgré cela nous avons quand même pu profiter d’un merveilleux hébergement (inespéré) au sein du Thermal Hotel & Camping de Komarom et de certaines coutumes (locales ?) tel que le jet d’eau du robinet qui t’arrose à 90° ou le rideau de douche taille slim.

Pistes cyclables en bon état, excepté certaines portions non entretenues

La signalisation est correcte, de nombreux panneaux indiquent la route EuroVélo6

Lundi 5 Sepembre, dix-septième jour de voyage, En temps normal nous serions au travail, en vacances… seulement voilà, 2 semaines et demi auparavant nous avons commencé un voyage (challenge), celui de rejoindre Budapest en partant de Mulhouse. Nous savions qu’en ce dix-septième jour, 148 km nous séparaient de Budapest, mais nous savions aussi que ce jour pouvait être le dernier de notre voyage. Douteux et fatigués nous sommes partis tôt dans la matinée avec l’objectif de faire 75 km dans la journée et ainsi atteindre Budapest le lendemain. L’itinéraire nous a fait traverser la Hongrie par la route (nombreuses pistes cyclables) mais aussi par le fleuve du Danube à l’aide de ferry. La soif de victoire et ainsi d’atteindre Budapest dans la journée résonnait dans un coin de notre tête, nous nous disions « et si c’était possible… et pourquoi pas ? ». Après une matinée faite de 60 kilomètres, nous avons décidé de changer notre objectif et ainsi de finalement atteindre Budapest dans la journée, le challenge de faire 1500 kilomètres en 15 jours étaient trop enivrant, il fallait le tenter ! Ainsi pieds sur les pédales et tête dans le guidon, nous avons roulé, roulé et roulé pendant 10 heures jusqu’à la nuit tombante. Comme depuis le début de notre voyage, nous avons longé le Danube jusqu’au détour d’un virage où nous l’avons vu, la ville des lumières, notre destination finale. Nous avons passé le pont Margaret Bridge pour nous diriger vers le parlement Hongrois que nous avions défini comme notre ligne d’arrivée. C’est dans un High five haletant que nous avons terminé ce fabuleux tour de 1500 km en 105 heures de vélo à Budapest, cette aventure à travers l’Europe communément qualifiée d’expérience de vie.

Aucune fontaine à eau disponible sur l’ensemble de l’itinéraire, ainsi ressourcez-vous dès que vous le pouvez dans des WC publiques ou des commerces

Possibilité de se loger en hôtels ou en camping (ne vous attendez pas à de super campings)

Résumé

 

pays-et-fleuves

Les grandes étapes de notre Biketrip
Le point de départ de notre voyage était Mulhouse, une ville charmante quand on prend le temps de la parcourir. Après quelques kilomètres le long du canal puis du Rhin, nous sommes arrivés à Bâle (Bâle, la capitale culturelle de la Suisse). Puis nous nous sommes rendus aux chutes du Rhin à Schaffhausen suivi du Lac de Constance en traversant une multitude de petits villages tout mignons  parfois côté Suisse parfois côté Allemand. Ensuite il s’agissait de l’”ascension” du sud de l’Allemagne, afin de rejoindre le Danube au niveau de Tuttlingen. L’étape suivante était Ulm le long des champs et du Danube allemands. Nous avons continué le long du Donau (Petit nom allemand pour le Danube) pour arriver à Ingolstadt. Vint ensuite Regensburg, ou Ratisbonne, ville classée au patrimoine mondial de l’UNESCO. Pourquoi ?  Il nous a suffit de quelques minutes  lors de sa traversée pour nous en émerveiller et comprendre pourquoi !quelques-chiffres-biketrip

Il était temps de quitter l’Allemagne en passant par Passau, ville décevante à mon goût, très peu d’intérêt. Le passage de l’Allemagne à l’Autriche fût marqué par un changement brutal de paysage, from Campain to Mountain, et ça, c’était vraiment cool ! Nous sommes passés en coup de vent à Linz sous la pluie, ce qui était dommage, parce que la ville avait vraiment l’air sympathique. Puis vinrent les capitales, en commençant par Vienne la capitale de l’Autriche avec ses nombreuses architectures magnifiques et impressionnantes. Suivi de la toute petite et toute mignonne capitale de Slovaquie qu’est Bratislava. Pour enfin arriver à notre destination finale BUDAPEST, la capitale de la Hongrie. Nous détaillerons chacune de nos étapes dans un prochain article !

Victor : ” Ce voyage fût enrichissant tant au niveau culturel que personnel. Nous avons voyagé pendant 15 jours sur nos vélos, il a fallut rester motivé du début à la fin. Mais le sentiment de liberté que nous avions durant tout le voyage ainsi que les nombreux moments d’émerveillement en valaient la peine. Sans parler de la satisfaction que nous avons éprouvé à l’arrivée à Budapest. C’était un super Voyage Sportif !”

Ben : “Au final ce voyage était à la fois enrichissant et éprouvant. En effet cette expérience à fait ressortir nos plus grandes joies, nos plus grands rires, mais aussi nos plus grandes peur et stress. Elle nous a permis de toucher du doigt la vie de nomade, et ainsi de se sentir libre d’aller n’importe où, n’importe quand. Ce tour est parti d’un pari fou que nous nous sommes donnés 4 mois auparavant. Au départ nous n’avions aucune expérience dans les voyages à vélo et très peu d’entraînements puisque nous étions pour tout vous dire « juste » des amateurs de vélo. Nous sommes partis de rien en nous disant que tout est possible. Ce type d’expérience est accessible à n’importe qui dont toi internaute ! Alors respire un bon coup, prend tes clics et clacs et pars ! Chante la vie comme si personne ne t’écoutait, danse la vie comme si personne ne te regardait.”

les-et-les

Laisser un commentaire